Le bilinguisme est partout

Ce matin, départ en taxi vers les studios d'enregistrement à Issy Les Moulineaux. Je suis l'invitée du jour dans le Magazine de la Santé sur France 5. Dans les nouveaux locaux lumineux (je connaissais  ceux de Boulogne),  la maquilleuse (grande, brune, la quarantaine) me demande: " Alors, c'est quoi votre sujet?"

"Ben, c'est le bilinguisme, ou plutôt les enfants bilingues", dis-je. "Ah, intéressant! Je suis Suédoise", dit-elle en redessinant mes sourcils d'un trait énergique. Et là, je me souviens, son origine suédoise et son trait de crayon de sourcils me rappellent  notre première rencontre dans le studio de maquillage de la chaîne à Boulogne! Elle raconte. Son arrivée, enfant, en France, avec sa mère, sa difficulté d'aujourd'hui  de conserver sa langue maternelle. Le soir, avant de s'endormir, elle lit du suédois, parfois même en déclamant à haute voix "pour ne pas perdre la pratique" de la langue qu'elle n'utilise plus qu'avec sa mère ...et son chien.

Arrive une jeune femme, invitée pour la rubrique après: le massage. Présentations, chacune décline son identité et le sujet de son intervention: "Ah, les enfants bilingues! Comme c'est intéressant! J'ai essayé de parler en espagnol avec ma fille quand elle était petite. Je suis  Espagnole, vous savez. Mais elle ne veut plus que je lui parle ma langue." S'ensuit une discussion animée sur les difficultés de rester conséquent avec la langue minoritaire, les avantages et inconvénients de l'éducation bilingue... Le sujet est lancé...

La suite demain, 14 juin, un peu après  13H30 sur France 5!

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Sophie Vermain (dimanche, 08 juillet 2012 23:15)

    Bonjour,
    Je fais partie des sceptiques et votre témoignage va dans ce sens. Je vis entourée d'enfants soi disants multilingues, dont ma fille de 5 ans, et je ne peux que constater les difficultes qui en decoulent. La plupart des enfants se limitent a une connaissance passive de leur langue maternelle, la langue de l'ecole devenant vite dominante. Dans le meilleur des cas, les enfants sont reellement multilingues mais peinent a l ecrit. Ma fille a fait des phrases SVC en francais (L1) a 18 mois. Nous habitons en Thailande depuis qu elle a 3 ans ou elle va dans une ecole anglophone. Etant donne que la majorite des enfants n a pas l anglais en langue maternelle, elle parle tres bien, mais loin d'un petit Anglais qui n aurait que l anglais. Elle comprend le suedois et fait des phrases, est tres verbale.
    Elle comprend aussi pas mal de thai et de japonais.
    Le hic? le melange des syntaxes et la pauvrete du vocabulaire. Le classique: la bleue voiture, j'attends pour toi.
    En suedois Jag komma au lieu jag kommer etc.
    L oubli total de mots francais jamais utilises en Thailande (bonnet, echarpe etc).
    Bref, le soi disant multilinguisme, j en suis revenue!
    D autant plus que ma fille est aux dires de tous parmis les plus futes (a su lire en anglais a 4 ans, en francais a 5 etc). Quand j entends les enfants autour de moi parler et voir que leurs parents CROIENT qu ils sont bi/multilingues, ca me laisse tres songeuse....

3e édition augmentée
en 2015

Sorti en 2012

Version allemande

3e édition en 2016